Enfants, princesses etc.  

ou Blanche-Neige et les 67 nains c/o start06.free.fr

exposition du 20 octobre au 9 novembre 2007
Vernissage/performance sonore “Blanche neige et les 67 nains” avec les Latines
Atelier Marc Piano - 37 Av. de Cannes, VALLAURIS - 04 93 64 21 02

Jacques Simonelli septembre 2007 :
Véronique Champollion, qui peint sur les pages contrecollées de journaux locaux, réalise une double opération : condamner à durer, en les figeant sous les couleurs et le vernis, les textes éphémères de ces quotidiens, où se banalise avant de s’évacuer dans l’oubli la misère d’un monde devenu dément ; forcer le trait pour donner à voir le dérisoire naufrage de nos sociétés sous le flot des images et des discours dévalués.
Les matériaux de sa peinture deviennent à présent ceux de ses sculptures, faites de journaux collés, pliés, modelés en volume, puis peints et vitrifiés. Dans la stupéfiante suite de Blanche Neige et de ses nains, devenus innombrables, elle offre une belle revanche à l’oralité première des contes et des mythes, en leur donnant corps à partir de ces feuilles où le langage écrit s’est exténué.
Au pays des contes et de l’enfance, à l’heure où tombe la rosée, les nains se dirigent vers la colline, difficile d’accès, où s’ouvre l’entrée étroite de leur grotte. De re metallica : ils vont, comme dans les gravures du vieil Agricola, visiter l’intérieur de la terre, pour ramener dans leurs wagonnets puérils, non les matières premières de nos industries méphitiques, mais des trésors légendaires, pierres magiques, cristaux baroques, métaux qui luiront aux coffres des pirates.
Et leur cortège mythique libère au passage tous les enfants des mines, en nous-mêmes aliénés, ces légions d’enfants grâce auxquelles, disait Charles Fourier, nous vaincrons le vieux monde.

Frédéric Voilley juin 2007 : « Je devins un opéra fabuleux »
Embrassant simultanément ou tour à tour la mythologie, le conte de fées, l’Histoire, aussi bien que la vie actuelle, toujours à la conquête de nouveaux territoires à investir, l’œuvre de Véronique Champollion semble naître d’une insatiable compulsion, d’une ambition quasi-hugolienne- ou plutôt d’un délire rimbaldien, même si elle n’en a pas la tragique violence.
Il s’agit pour elle aussi de soustraire le monde à l’oubli et à la mort, de sauver des êtres de la médiocrité de leur destin. Renaissant sous ses doigts, ses héros-monstres mythiques, nains, anges, stars, animaux- portent leur privilège avec l’innocente assurance des élus.
Mais pourquoi notre monde ne remplit-il jamais ses promesses, les promesses de l’enfance, pourquoi sombre-t-il sans cesse dans la souffrance, la laideur, la mesquinerie ? Pour un artiste, cette inertie, cette incapacité du réel à sortir de l’ornière, resteront toujours inacceptables, et la révolte est un devoir- il doit proposer une autre éthique, une autre esthétique, montrer un chemin hors du bourbier de la fatalité.
« Change nos lots, crible les fléaux, à commencer par le temps, élève n’importe où la substance de nos fortunes et de nos vœux, on t’en prie » chantent les enfants au poète.
La mission de Véronique Champollion est donc d’envergure- une complète reconquête, ré-invention du passé, du présent, de l’imaginaire, c’est à cela que s’emploient les mille et une créatures, « les bêtes d’une élégance fabuleuse » dont son œuvre foisonne, en une tentative demi-urgique de ré-enchantement, de revivification, car aucune époque ou lieu, aucun avatar de l’agir ou de la pensée, aucun être, ne peuvent être exclus de l’arcadie qu’elle promet : « Je vous indiquerai les richesses inouïes »…
L’insignifiant, la bassesse ne seront plus, nos plates turpitudes vont fondre devant « l’extase harmonique », devant « l’héroïsme de la découverte ». Nous serons libérés de l’inexorable banalité quotidienne par ce nouveau peuple de monstres fraternels qui savent « donner leur vie entière tous les jours ».
Sous le regard des Dieux, un songe d’une nuit d’été, avec sa part de grotesque, de dérision, de drame (mais la Mort sera désormais «  sans pleurs ») se joue sur le rivage d’ « une mer troublée par la naissance éternelle de Vénus ». L’invention protéiforme, en mutation constante de Véronique Champollion conservera toujours la grande marge d’improvisation, d’irrationnel, d’imprévisible, qui est le propre du rêve. « J’ai seul(e) la clef de cette parade sauvage » nous prévient l’illuminé (e). Un peu éberlués, nous attendons la suite de ce défilé qui nous entraîne dans son sillage.
(Citations de A. Rimbaud)                                                         



Les Latines, chant des Scariolanti, des pousseurs de chariots voir page Blanche-Neige à Turin


Edition : un nain ou une princesse en papier mâché, 10 exemplaires de chaque, tous différents, hauteur 20 cm env., un = 50 euros.
contacter stArt ou Marc Piano.

photos V Champollion et Gilbert Baud

retour en haut ou retour accueil Véronique Champollion site web